Qu’est-ce que le souvenir refoulé d’attouchement sexuel ?

19 Juil, 2021

Le souvenir refoulé d’un attouchement sexuel peut survenir à n’importe quel moment de la vie. Parfois, des dizaines d’années se sont écoulées. L’événement déclencheur peut être aussi subtil qu’une odeur et aussi concret qu’un songe devenu réel. Et le souvenir, aussi détaillé que s’il fut vécu hier ou tout aussi incohérent qu’un vieux rêve reconstitué. 

Se souvenir d’un viol ou d’un attouchement sexuel est absolument dévastateur. On navigue entre le « ce n’est pas possible, ce n’est pas vrai » et le « si, c’est possible, ça m’est arrivé ». Certaines choses prennent tout leur sens, mais contrairement à ce qu’on nous dit : non, ce n’est pas libérateur et ça ne remet pas les choses en ordre. C’est le chaos.

J’ai moi-même vécu tout ça, j’ai été victime de viol et aujourd’hui je peux t’en parler. Je peux aussi te dire qu’un jour ça ira mieux, et que maintenant que tu connais ta blessure, tu vas enfin pouvoir guérir.

Amnésie traumatique : peut-on oublier un attouchement sexuel ?

Avoir un souvenir refoulé d’un attouchement sexuel est vraiment déstabilisant. Du jour au lendemain, la vie bascule. Tu questionnes tes vérités fondamentales : est-ce que je peux faire confiance à ma mémoire ? Ce souvenir est-il fiable ? Comment ai-je pu oublier un évènement si important ?

Ça n’a pas de sens, n’est-ce pas ?

Peut-être qu’un peu de rationalité dans tout ce chaos serait le bienvenu. Je t’invite à faire tes propres recherches sur la psychologie du traumatisme et à tirer tes propres conclusions. Ici je ne peux pas traiter le sujet de l’amnésie traumatique dans son ensemble. Mais voici tout de même quelques pistes de réflexion.

La théorie des souvenirs refoulés, un mécanisme de défense

Tu liras peut-être que l’amnésie traumatique a été théorisée au XXe siècle, lorsque les soldats revenus du combat affirmaient ne pas se souvenir des atrocités vécues. Pour la sphère psychologique, en réalité le premier à avoir parlé de souvenir refoulé n’est autre que Sigmund Freud. C’est d’ailleurs la base de la psychanalyse.

Tout le fonctionnement de notre cerveau tourne autour d’un seul et même objectif : survivre. Alors, s’il interprète qu’un événement peut nuire à notre survie, il n’hésitera pas à le rayer complètement de notre conscience. Il existe en effet une amygdale cérébrale, un endroit verrouillé à double tour où sont stockés certains souvenirs jugés nocifs.

On parle d’amnésie traumatique dissociative, car le cerveau retire un aspect de la réalité et crée une sorte de réalité alternative. Une réalité censée nous protéger et nous permettre de survivre. Sorte de monde meilleur…

Le cerveau refoule le type de souvenir qui pourrait empêcher un jeune enfant de grandir avec le sentiment de sécurité. Ou le type de souvenir qui induit l’idée qu’une bombe peut te tomber sur la tête à n’importe quel moment, pour en revenir aux soldats.

Bien sûr, comme je te l’explique un peu plus loin, cette amnésie traumatique n’est pas magique. Elle laisse des traces, et tôt ou tard, ce souvenir latent peut refaire surface. 

La théorie de la fausse mémoire

Cela ne t’aura peut-être pas échappé, je parle bien de « théorie » des souvenirs refoulés. Bien qu’elle soit largement acceptée parmi la communauté scientifique, elle reste théorie. Aujourd’hui encore, notre cerveau reste un mystère dans sa grande majorité, et de ce fait, il existe plusieurs théories sur son fonctionnement.

Je pense qu’il est toujours intéressant d’avoir une vue d’ensemble sur un sujet. Et je prendrais donc quelques lignes pour te parler d’une théorie qui réfute celle des souvenirs refoulés, la théorie dite « de la fausse mémoire », également connue sous le nom de « mémoire implantée ».

Selon certains neurologues, les souvenirs ne sont pas des films de notre passé que l’on garde à portée de main ou que l’on range dans un tiroir fermé à clé. Pour eux, nos souvenirs ne sont que des reconstructions plus ou moins fiables de la réalité que l’on modifie sans cesse, selon nos expériences et le temps qui passe.

L’idée principale de cette théorie, c’est que notre mémoire est malléable. Et donc, on peut potentiellement se souvenir avec exactitude d’un événement qui n’a jamais eu lieu. Ces faux souvenirs seraient créés de toute pièce par notre inconscient à partir d’éléments plus ou moins anodins de notre environnement. Un peu à la manière d’un rêve, lire le témoignage d’un viol pourrait déclencher la création d’un faux-souvenir.

Comment se manifeste l’amnésie traumatique ?

Loin de moi l’idée d’alimenter tes doutes en te parlant du syndrome du faux-souvenir. En réalité, les deux théories coexistent : certaines personnes sont effectivement victimes d’amnésie traumatique, tandis que d’autres ont le syndrome du faux souvenir. 

Si un souvenir refoulé d’un attouchement sexuel a émergé ou est encore latent chez toi, il se peut que tu expérimentes certains symptômes. Cela varie d’une personne à l’autre, mais voici ce que les victimes décrivent le plus souvent.

Dans tous les cas qu’importe que le souvenir est réel ou pas, je dis toujours à mes clientes qu’à partir du moment où le doute est là, où la sensation qu’il est arrivé quelque chose est là, il faut faire un travail de nettoyage et de libération des mémoires au niveau corporel.

Un mal-être inexpliqué

Comme je te le disais un peu plus tôt, le mécanisme de défense d’amnésie dissociative n’est pas parfait. Je veux dire par là que notre inconscient n’est pas capable de supprimer complètement et définitivement un événement traumatisant. Pour notre bien, ou pas, il laisse des traces…

  • Une personne qui a un souvenir refoulé d’attouchement sexuel ressent le plus souvent une intense sensation de vide. Comme si quelque chose lui manquait, comme si une pièce du puzzle n’était pas à sa place. Il y a quelque chose qui cloche, elle en est persuadée sans vraiment pouvoir l’admettre. Psychologiquement, cela peut se traduire par de la dépression, des troubles du comportement alimentaire et aller jusqu’à la tentative de suicide et aux mutilations.
  • Il arrive aussi que l’on soit incapable de se souvenir d’une partie de sa vie. Il y a comme un voile qui l’empêche de réellement voir certains moments. Parfois il y a cette sensation que certains souvenirs ne sont pas les tiens.
  • Parfois, le corps manifeste des blocages. Des blocages sexuels le plus souvent. Certaines choses, pourtant anodines pour la plupart des personnes, provoquent un malaise physique intense. Certaines caresses dégoûtent sans comprendre pourquoi par exemple. Il arrive que le sexe se ferme, et que l’on ne ressente ni désir ni plaisir sexuel. Cela peut se traduire en maladie, notamment en endométriose.

Un autre exemple, un ex-soldat me confiait l’autre jour avoir vécu une expérience particulièrement intense lors d’une mission et qu’il n’avait pas ressenti de peurs. Mais qu’à vrai dire, il n’avait jamais plus rien ressenti…

Ces symptômes sont parfois très subtils et peuvent être de toute nature. Si notre conscience s’efforce, on peut facilement passer à côté pendant des années…

Le souvenir refoulé d’attouchement sexuel

Et puis un jour, le souvenir refoulé d’attouchement sexuel refait surface.

Ce n’est pas une vérité générale, mais le plus souvent, cela se produit à la suite d’un événement qui fait écho avec le traumatisme enfoui. Un attouchement sexuel, un viol ou tentative de viol. Le cerveau associe ce nouvel évènement traumatisant avec l’ancien, et peu à peu, les flash-back, les bribes de souvenir refont surface et sont de plus en plus précis.

Il n’est pas rare non plus qu’un souvenir refoulé refasse surface lors d’une session de psychothérapie ou d’hypnose. Un rêve, un lapsus ou un souvenir interprété à la lumière de la psychanalyse peuvent prendre tout leur sens. Quant à l’hypnose, elle sert justement à explorer les confins de l’inconscient.

Parfois, le souvenir refoulé d’un attouchement sexuel ne fait jamais complètement surface. Si certaines circonstances éveillent en nous des sortes de flash-back, la conscience reprend très vite le contrôle et bloque toute possibilité de reconstruire complètement le souvenir refoulé…

Parfois, ce n’est pas un souvenir, mais une sensation, un ressenti, une intensité intérieure.

Je me souviens d’un abus sexuel refoulé : que faire ?

Que le souvenir refoulé d’un attouchement sexuel ait fait surface, ou que tu ais la sensation qu’il est là, latent, ça ne change pas grand-chose au fait que tu ressens beaucoup de mal-être. Et s’il y a mal-être, ça requiert toute ton attention. Peu importe la cause réelle de celui-ci.

Prends soin de toi

La première chose que j’ai envie de te dire, c’est prends soin de toi. Et je ne parle pas de te faire couler un bon bain. Tu peux le faire, bien sûr. Mais je veux plutôt parler d’écoute personnelle. Car prendre soin de soi, c’est avant tout s’écouter. Alors si ton corps ou ton inconscient t’envoie des messages, prends le temps de les écouter.

Tu n’es pas obligé.e de comprendre le message si tu n’en a pas envie. Ou si tu ne te sens pas prêt.e. En revanche, si tu sens que faire l’amour avec ton/ta conjoint.e provoque un sentiment de répulsion. Si tu sens que tu as besoin d’être seul.e. Ou si tu as des douleurs inexpliquées pendant les rapports sexuels, écoute-toi et ne te force surtout pas.

Je sais qu’on peut être tenté de faire comme si de rien n’était. Mais ce n’est vraiment pas la bonne stratégie à adopter. Tu risques de te couper de plus en plus de ton corps, ce qui va empirer les choses !

Je laisse à ta disposition un lien vers un programme en ligne que j’ai créé pour les personnes qui souhaitent explorer en douceur les traumas et les blessures non résolus. N’hésite pas à aller y jeter un œil.

>> En savoir plus sur mon programme Libre et en Sécurité <<

Parles-en à quelqu’un

Enfin, si tu penses avoir été victime d’attouchement sexuel ou de viol, je ne peux que te conseiller d’en parler à quelqu’un. Il peut s’agir d’une personne de ton entourage en qui tu as confiance, ou d’un thérapeute.

Tu peux aussi appeler au 3919 pour avoir une écoute anonyme. Je te le recommande pour avoir dû en passer par là à un moment où je ne voyais plus d’alternatives que de me faire du mal…

L’avantage du thérapeute, c’est que cette personne est totalement neutre, et saura te guider de manière adéquate. Il existe énormément de types de thérapies. La plus connue est sans doute la psychanalyse et toutes ses ramifications, mais il y en a d’autres ! Renseigne-toi, car l’aide d’un professionnel peut vraiment t’être bénéfique si tu le choisis correctement.

Pour ma part je suis sexothérapeute, et je peux t’accompagner si tu le souhaites. N’hésite pas à prendre contact avec moi si tu en as envie. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *