Camille Picazo

Microbiote vaginal et santé

Le microbiote intestinal ou les petites bactéries qui vivent principalement dans notre intestin ont une renommée internationale, étudiées, disséquées, elles sont aujourd’hui sur le devant de la scène.

On n’en est pas encore là pour le microbiote vaginal, qui pourtant joue un rôle majeur dans la santé de la femme. Prête pour le voyage ?

Le microbiote vaginal est composé de cent millions à un milliard de micro-organismes par mililitres de secrétions vaginales. Tu te rends compte ? Le truc de dingue quand même, ce qui explique qu’on ait bien plus de bactéries en nous que de cellules.

Rôle du microbiote

La flore bactérienne vaginale permet de protéger le vagin et l’appareil gynécologique d’invasions bactériennes néfastes, de transformer le sucre (glycogène) sécrété par les cellules en un acide qui va préserver la santé du vagin.

Un vagin en pleine santé est un vagin acide ! Le pH vaginal (entre la puberté et la ménopause) se situe entre 3,5 et 4,5.

Lien entre microbiote et cycle menstruel

Tu ne le savais peut-être pas, mais nos fluctuations hormonales ont un effet sur les petites bactéries qui vivent en nous, pour leurs survies, elles ont besoin d’oestrogène… Donc la population de notre vagin varie si tu as tes règles, si tu es en post-partum, en ménopause, si tu prends des médicaments ou… en fonction de ton partenaire. Mais ça veut aussi dire que les petites filles n’ont pas de microbiote vaginal jusqu’à la puberté (il sera équivalent à celui de la peau). Les mycoses vaginales n’existent en réalité pas chez la petite fille.

Fun fact : pendant un rapport sexuel, il y a une vraie guerre entre vagin et pénis (pas celle que tu crois), une guerre de l’acidité et une guerre des microbiotes. Le pénis qui arrive bien poliment a un pH de 7 (tu te rappelle l’acidité du vagin ?) et il a aussi son petit microbiote (bien moins important que celui qui peuple ton minou mais quand même). Ce qui fait qu’après son passage, les bactéries vont se mettre à pomper à fond le gycogène (le sucre) pour vite recréer de l’acidité.

Un déséquilibre = trouble de santé

Tu le sais sans doute, mais nous sommes couverts de bactéries. Notre peau a un microbiote spécifique, on a vu que notre vagin aussi, et notre rectum aussi. La vulve est un grand carrefour de toutes ces petites bactéries. Les échanges sont constants, ce qui expliquent qu’un déséquilibre est très vite arrivé. Il faut à peine quelques minutes pour que les bactéries voyagent de l’anus au vagin.

On compte 1 milliards d’infection vaginale ou urinaire par an dans le monde. C’est énorme. Comment on explique ces désordres intimes ?
Il y a beaucoup d’avancés : les rapports sexuels, les sous-vêtements, la toilette intime…

Mais en bons naturopathes, nous savons que le microbe n’est rien, le terrain est tout. Ce qui veut dire, que le problème ne va pas de l’extérieur, mais plutôt de ton intérieur.
Tu “attrapes” et développes pleins de trucs sympa parce que ton microbiote n’est sans doute pas au top. C’est ce qu’on appelle une dysbiose : ce moment où ton microbiote est déséquilibré, quand les bactéries habituelles sont en plus grand nombre ou à l’inverse en sous-effectif.

Une dysbiose entraine donc infections, mycoses, vaginoses, cystites, risque de prématurité chez la femme enceinte, et favorisent les IST (+60% pour le VIH, +50% pour la chlamydia et +250% pour le gonocoque…) (source : JM BOHBOT et Rica ETIENNE)

On remarque aussi que le déséquilibre de la flore a une influence sur les troubles de la femme ménopausée (sécheresse vaginale notamment). Qui sont améliorés après un travail sur la flore !

On commence à peine à toucher du doigt l’influence du microbiote de la mère sur le développement du foetus.
Les premiers résultats de recherche laissent entrevoir l’influence sur le développement physiologique mais aussi psychologique de l’enfant, et sa prédestination à de futures maladies métaboliques (obésite, diabète) ou troubles psy (autisme).

Avoir un vagin en pleine santé avec la naturo

Avant les médecins donnaient systématiquement des médicaments, des antibiotiques, des antifongiques. Aujourd’hui, on commence à se rendre compte que ces traitements lourds détruisent la flore et facilitent les infections futures.

En naturopathie, nous sommes des adeptes du terrain. On va donc te conseiller d’améliorer ton hygiène de vie global : si tu manges mal, si tu es stressée, si tu dors peu, si tu fumes… Bref si ton mode de vie est déséquilibré, il y a de fortes chances que ton microbiote le soit.

Mais il y a aussi des petites habitudes importantes : ne pas se laver l’intérieur du vagin (il est auto-nettoyant !), ne pas utiliser de déodorant intime, éviter l’épilation intégral, porter des sous-vêtements en coton bio (ou ne pas en porter), éviter les protège-slips et les tampons hors règles…

Et la santé, c’est aussi… Des rapports sexuels réguliers. Pas trop, pas trop peu. Mais le juste nombre pour maintenir un sexe en pleine santé (et le moral) !
Pourquoi ? Parce que la lubrification rend le vagin plus souple, la muqueuse plus épaisse, et que les glandes situés dans le vagin vont aussi libérer un mucus protecteur.

L’astuce du naturo à emporter ? L’argile ! En interne, par le bas : le petit caillou d’argile dans le vagin avec 1 goutte de tea-tree. Et en interne, par le haut : un verre d’argile tous les jours !

Et je ne te parle pas de l’influence aussi de ta psyché et de ta santé émotionnelle sur la santé de ton minou, ce sera pour une prochaine fois !

Microbiote vaginal et santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut