Camille Picazo

Faut-il pardonner ?

Est-ce qu’il faut que je pardonne ou plutôt comment pardonner ?

C’est une question qu’on se pose quand il nous arrive un truc plus ou moins terrible dans notre vie.

On a tendance à entendre ce message “il faut que tu pardonnes, que tu pardonnes à l’autre, à toi-même…”

C’est difficile ! Des fois nous n’avons juste pas envie de pardonner. On a juste envie d’être comme un enfant qui va piquer une crise, qui va détester la terre entière !

Aujourd’hui c’est prouvé scientifiquement le pardon c’est bon pour la santé. Quand nous pardonnons, quand nous ne sommes plus dans la colère, dans le ressentiment, quand ces pensées ne reviennent plus constamment dans nos têtes, on améliore sa santé. On diminue son niveau de stress, on augmente ses niveaux d’immunité et on améliore la circulation sanguine.

Mais dans la réalité ce n’est pas aussi simple de pardonner.

Récemment j’ai une cliente qui sentait qu’elle devait pardonner, que quelque chose devait lâcher en elle. Je lui ai demandé si elle pouvait pardonner, et non, elle m’a répondu que ce n’était pas juste, ce n’était pas le moment. J’ai trouvé ça génial qu’elle s’écoute, qu’elle ne fasse pas un faux pardon.

En fait, il y a plusieurs couches dans le pardon.

Par exemple quand j’ai subi mon agression sexuelle, sur le moment j’avais complètement pardonné à la personne qui avait fait ça par contre je n’arrivais pas à me pardonner. Il m’a fallu environ 3 ans pour réussir. Au moment où j’ai envisagé de me pardonner, je n’arrivais plus à pardonner à mon agresseur.

Le premier niveau était superficiel, j’étais dans le déni. Puis je me suis pardonnée. Me pardonner de ne pas avoir réussi à faire ce que j’aurais dû faire selon moi.

Le prochain niveau c’est de pardonner à l’autre (C’est en chemin, je n’y suis pas encore mais c’est en cours 😊).

Avant de pardonner, il y a des étapes à réaliser

  • Il faut déjà accepter ce qui s’est passé. Que ce soit les petites ou les grandes choses
  • Reconnais ce que tu ressens

Par exemple si quelqu’un te fait une queue de poisson, roule n’importe comment sur l’autoroute…

Je sens que je suis agacée, en colère. En colère parce que cette personne ne me respecte pas, qu’elle fait n’importe quoi, qu’elle met en danger les autres et elle-même.

Une fois que tu as fait ça tu peux respirer, envisager de pardonner. Pour l’agression sexuelle c’est un peu la même chose. Tu dois reconnaître que tu as été victime. Cet agresseur a perpétué un crime.  

Je reconnais ça, j’accueille les émotions qui doivent passer. J’accueille la colère, le dégoût, la honte, la tristesse. C’est un processus qui prend des mois voire des années.

Tu dois vraiment sortir du déni, mettre de la conscience sur les émotions ressenties.

  • La troisième étape ça pourrait être le pardon.

Une fois que j’ai reconnu ce qui était, je vais pouvoir faire ce pardon depuis mon cœur.

Pardonner ce n’est pas simple donc c’est bien de s’entraîner.

On peut s’entrainer au quotidien. Pardonner les petites erreurs des autres, les  petites infractions, les petites agressions.

La queue de poisson c’est un exemple typique d’une situation qui peut t’arriver tous les jours quand tu prends la route. Au quotidien tu peux avoir l’exercice, la pratique de pardonner. Même si c’est un tout petit pardon. Tu t’entraînes à augmenter petit à petit, tout doucement cette compassion, cette bienveillance.

Tu peux essayer de ne pas la juger, de ne pas te dire que c’est un(e) con(ne). Peut-être que cette personne ne t’a pas vu, qu’elle était pressée, que sa femme est en train d’accoucher ^^

Alors avant de juger prend un peu de recul. Elle a peut-être de de très bonnes raisons et si elle n’en a pas ce n’est pas grave ! Le fait que tu sois en colère, elle ça ne va rien lui faire. Par contre toi, ça va te faire beaucoup de mal. Petit à petit de la pratique quotidienne va t’aider muscler ta compassion, ton pardon. Quand tu les vois, dans ta tête, tu peux te dire, je te pardonne, je t’aime. Après cet entraînement tu pourras envisager de pardonner les grosses choses.

Le Ho’oponopono est top pour travailler le pardon :

  • Je suis désolée
  • Je te pardonne
  • Merci
  • Je t’aime

Et tu répètes ça à l’intérieur de toi quand tu vois l’autre, tu peux le faire à voix haute aussi. Cet exercice fait énormément de bien.

Dans tous les cas le pardon ce n’est pas quelque chose qui arrive du jour au lendemain. C’est quelque chose qui demande du temps, de la pratique. On a toujours à un moment donné une réflexion à avoir une prise de conscience et c’est en réalisant des petits efforts pour changer ce qu’on a l’habitude de faire.

Le pardon c’est quelque chose d’important. Se pardonner à soi parce qu’on s’en veut sur beaucoup de choses (j’aurais dû faire si, j’aurais dû faire ça). S’apporter le pardon c’est un acte d’amour, de bienveillance.  C’est de cette façon que nous allons changer petit à petit les choses.

Je t’invite à me suivre sur ma chaine YouTube, et si tu le souhaites tu peux retrouver mon article “Faire face à des violences” ici

Faut-il pardonner ?
Retour en haut