Camille Picazo

Les bases de l’alimentation anti-inflammatoire #endo

Comme nous avons pu le voir dans l’article précédent sur l’endométriose, les choix que nous faisons au quotidien ont un impact sur l’état de notre santé et la manifestation des symptômes.
Aujourd’hui, je vous propose un guide de l’alimentation anti-inflammatoire. Plébicitée par toutes les endo-girls. Elle fait des miracles et aide à vivre un quotidien plus doux !

Une nuance : ces conseils sont d’ordre généraux, pour avoir un suivi adapté à votre situation et votre personne, prenez rendez-vous avez un professionnel !

Pourquoi manger anti-inflammatoire

L’endométriose est une maladie chronique inflammatoire. Les cellules de l’endomètre ayant migrées sur d’autres tissus provoquent une inflammation locale. Cette inflammation va devenir chronique (vu qu’elle se répète mois après mois), et entraine la création d’adhérences, de kystes…

Cet état inflammatoire chronique entretient les symptômes comme les douleurs, le déséquilibre du terrain, la difficulté à procréer…

En parallèle, si vous souffrez de troubles intestinaux, si vous avez été diagnostiqué syndrome de l’intestin irritable, si votre transit alterne entre diarrhée/constipation … Il est quasi sûr que vous souffrez d’une porosité intestinale. Les nutriments mal digérés vont passer la barrière de l’intestin, se retrouver dans votre circulation sanguine. Ce qui va entrainer des troubles immunitaires, une inflammation plus générale…

Il est donc ESSENTIEL de réformer votre alimentation. Ce sera la base du protocole et le début d’un mieux-être, moins de douleurs… Certes, c’est un régime restrictif, qui demande des efforts, mais les résultats sont là.

endométriose naturel

Les bases de l’alimentation anti-inflammatoire

Pour simplifier : rapprochez-vous d’une alimentation la plus simple, la plus brute possible. Supprimez tout ce qui est transformé, tout ce que vous allez trouver dans les supermarchés. C’est très simple en fait, vous pourriez arrêter d’aller dans des supermarchés et faire toutes vos courses sur le marché.

Qu’est-ce qu’on trouve facilement sur les marchés ? Des fruits et légumes, de bonnes huiles, du poisson et un peu de viande, des olives ? (j’habite dans le sud, je ne sais pas comment c’est au nord de Lyon !)

Je n’aime pas dire que tel aliment est interdit. L’interdit entrainant quasi-automatiquement la frustration. Mais pour le bien de votre corps, il va falloir éviter au maximum certains aliments :

  • le sucre ajouté dans la journée (le sucre du café, du thé, les gateaux, le sucre dans le yaourt)
  • le gluten (les farines et céréales : BASOEK = blé, avoine, seigle, orge, épeautre, kamut)
  • les produits laitiers
  • la viande rouge ++, la charcuterie
  • les graisses saturés, les “mauvaises” huiles, les fritures
  • les produits faussement sains : “galettes végétariennes Herta”, “plats préparés Toubio” “Biscottes Sacrak” “barres minceurs Dikilo”
  • les plats en sauce, plats préparés type pizza, quiche maison
  • l’alcool
  • le café, le thé

Mais qu’est-ce qu’on mange alors ?

Très facile.

Mais deux notions importantes avant tout : bio, de saison. Si vous mangez des fruits et légumes non-bio, vous n’aurez pas autant d’apport de minéraux, de vitamines. Et en sus, vous aurez droit à tous les pesticides ! (c’est un choix !)

Le goût est bien souvent absent de ces produits issus de l’agriculture conventionnelle. Laissez-vous tenter par une dégustation de tomates du supermarché (sortie des frigos) et une tomate achetée sur le marché à un papy qui vous inspirait confiance. Vous sentirez toute la différence.


De saison, pour le même principe : les produits n’en seront que meilleurs.

endométriose naturel
  • Consommer donc des fruits et légumes bio, de saison et de toutes les couleurs : un produit riche en couleur est également riche en anti-oxydants.

++ : favoriser les pommes de terre, patates douces, châtaignes, légumes verts, bananes. Ces aliments sont basifiants, ils vont compenser une alimentation trop acidifiante.

  • Favoriser les produits crus, ou peu cuits. (Selon la santé de votre intestin…)
    Ou les jus de légumes frais. Se faire un jus de légumes chaque matin est une bien meilleure façon de commencer la journée qu’avec un café. L’effet boost est nettement plus important.
  • Favoriser les cuissons douces. Sachant qu’à plus de 100°, une grande partie des vitamines sont détruites. On choisit plutôt la cuisson vapeur (pas la cocotte-minute). Quand on fait bien chauffer une poêle, le fond est déjà à 180°, c’est trop si on veut préserver les nutriments.
  • Consommer une poignée d’oléagineux par jour : noisette, amande, noix de cajou, noix du Brésil… Sans excès sinon ces produits sont inflammatoires.

Mais attention ! Si vous avez des troubles digestifs, que vous êtes intolérants, que vous souffrez d’un pré-diabète, il vaut mieux prendre rendez-vous avec votre naturopathe pour en discuter. L’accompagnement de l’endométriose est un suivi complexe, où il faut croiser plusieurs domaines (alimentation AI, santé du système digestif, équilibre hormonale…), il est donc difficile de faire ça tout seul.

Pour une version condensée de cet article à accrocher sur votre frigo, inscrivez-vous juste ici ! ↓

Don't miss out!
L'endométriose au naturel
Vous en avez assez de souffrir ? C'est le moment de vous prendre en main ! Retrouver les grands changements de vie à adopter pour ne plus subir au quotidien !
Invalid email address
En entrant votre adresse mail, vous serez inscrit à la newsletter (désincription en 1 clic !)
Les bases de l’alimentation anti-inflammatoire #endo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut